Renié par ses pairs

Publié le par Richard Lecocq

La reprise du procès hier a permis de découvrir la fin du témoignage du Dr Steven Shaffer. Vidéo à l’appui, il a montré comment le Propofol devait être administré. Il a aussi et surtout démontré l’incompétence notoire de Murray. Ce dernier, blême et livide, n’en menait pas large depuis son siège. Le procureur Walgren termine donc sa partie en présentant un expert, si ce n’est l’Expert, de l’anesthésie. Un maître, un cador. C’est un peu comme si Picasso venait clôturer un jury de fin d’année et expliquait pourquoi tel ou tel candidat n’a rien à faire dans une école d’art. L’expertise argumentée et documentée ne peut être contrée. Elle reste implacable.

 

Murray est la honte de sa profession. L’avis de Shaffer le confirme à nouveau. Le plus incroyable c’est que même un enfant de 10 ans condamnerait sans ménagement l’attitude de ce docteur-malheur. La suite ? Walgren doit appeler son dernier témoin aujourd’hui. Puis ce sera au tour de la défense, qui devrait présenter tous ses éléments assez rapidement. Les toutes dernières plaidoiries, adressées au jury, seront intéressantes. Il suffira de comparer celle prononcée en ouverture par les avocats de Murray à cette dernière allocution pour se rendre compte du ridicule de toute leur stratégie... Et dire que le ridicule « ne tue pas ». C’était sans compter les pratiques douteuses de Murray, qui a bien tristement démontré les limites de cette formule….

 

 

Richard Lecocq

Publié dans news

Commenter cet article