Question de bon sens

Publié le par Richard Lecocq

Je me demande depuis quelques jours ce qui est le plus ridicule : les avocats de Murray, pour qui la solidarité reste une inconnue, le fait que les soins « prodigués » par le Dr Klein, le dermatologue de Michael Jackson, ne figurent dans aucun dossier présenté devant la cour, ou la liste des témoins de la défense qui réunit surtout des seconds couteaux ?… Trouver la réponse ? A quoi bon : une farce reste une farce. La matinée du 25 juin 2009 a définitivement fait son entrée au panthéon des mystères inexpliqués de l’Entertainment…

 

J’en parlais récemment avec un ami qui m’a rappelé le destin tragique et singulier de Howard Hugues, célèbre milliardaire dont la vie fut adaptée il y a quelques années par Martin Scorsese dans Aviator. Howard Hugues, le metteur en scène Orson Welles (autre génie incompris) ou encore William Randolph Hearst (journaliste et homme d’affaires qui a d’ailleurs inspiré le légendaire Citizen Kane de Welles) : ces hommes ont tous connu un succès et une réussite qui a bien emmerdé l’Establishment, les têtes bien pensantes d’un monde où rien n’est gratuit.

 

Je ne dis pas ça par démagogie, et je fais plutôt appel au bon sens : la gloire, et l’argent qui va avec, suscitent l’admiration et la convoitise. L’un ne va pas sans l’autre. C’est le fameux revers de la médaille. Et Michael Jackson, du haut de ses 800 millions de disques vendus et de son immense patrimoine musical incarné par ce fameux catalogue Sony / ATV, jouait depuis longtemps dans la cour des très grands. « Plus grande est la star, plus grande est la cible », répétait-il souvent…

 

Jackson fait partie de ces destins hors normes que l’on croise une fois dans sa vie. Lui qui rêvait tant de cinéma a, sans le savoir, prononcé sur le plateau de The Wiz une réplique qui à elle-seule résume bien son séjour sur terre : « le succès, la célébrité et la fortune ne sont que des illusions… la seule chose qui est vraie dans ce monde , c’est l’amitié entre deux personnes »… Beaucoup de gens confondent souvent bon sens et naïveté : quelle triste erreur…

 

 

Richard Lecocq

Publié dans news

Commenter cet article