Respect

Publié le par Richard Lecocq

Le procès de Conrad Murray déchaîne les passions. A défaut de monopoliser quotidiennement les médias français, cette procédure non salutaire a réussi à trouver une place de choix dans les grilles de programmes de nos voisins anglo-saxons. SkyNews propose de suivre chaque jour les audiences en direct. Les fans qui ne veulent pas perdre une miette de ce spectacle partagent et relaient sans vergogne toutes ces vidéos sur YouTube et Facebook.

 

Le public de Jackson a, globalement, mauvaise presse. Il suffit de parler un peu autour de soi pour le constater. Rien que dans le milieu des disquaires de collection, ils sont assez mal perçus. Il y a les fan-clubs fantômes, les groupies flétries, les sosies échappés du film Podium, les collectionneurs spéculatifs, sans oublier les "MJ t'a touché ? laisse moi te toucher à mon tour..." et j'en passe. "C'est un peu partout pareil", vous me direz. Faux. Les fans de MJ constituent un monde à part. Toujours cette question de degré : avec Michael Jackson, tout est plus intense et viscéral. Dans ce milieu, il s'avère très difficile de créer et d'installer sur la longueur des rapports sains et de développer des amitiés avec des personnes, qui, et c'est là tout le paradoxe, ont la même passion que vous. Question évidente : pourquoi ? Les réponses se trouvent en partie dans ce que nous sommes en train de vivre avec le procès Murray.

 

Il est évident qu'aucun d'entre nous n'a envie de compter parmi ses amis ce docteur incompétent. Je dois vous avouer que j'éprouve la même aversion, si ce n'est plus, pour Dr Tohme, Randy Philipps, ainsi que toutes les personnes qui ont tenu Michael Jackson à l’écart des gens qui auraient pu l'aider dans les dernières semaines de sa vie. Je dis cela à la lumière des événements auxquels j'ai pu assister et aux nombreux échanges qui en ont découlé. Voici un exemple que vous pouvez constater sur internet ou dans les magasins :  aux yeux d’AEG, Michael Jackson n'était qu'une vache à lait. Regardez aujourd'hui comment sa filiale Bravado se débarrasse de son stock de produits MJ et ne commercialise plus aucun nouveau produit (seul le calendrier BAD a été sauvé de justesse...). La rentabilité à court terme aura régulé ce drame de A à Z. Quel bal des vampires !

 

Mais aujourd'hui les lumières sont braquées sur le Dr Murray. Ses faits, gestes et attitudes, filmés chaque jour, sont décortiqués par un public de fans parfois aveuglés par leur tristesse. A certains endroits du net surgissent des réflexions qui transpirent le sadisme le plus facile. Et inévitablement les insultes fusent. Ces réactions sont compréhensibles, mais, ne vaut-il pas mieux garder son calme et prendre du recul ? Comment espérer être crédible lorsqu'en guise de réponse les fans s'adonnent à de simples insultes ?

 

Le public de Jackson en veut tellement aux détracteurs de leur idole de l'avoir traîné dans la boue qu'ils estiment être les soldats forcément légitimes d'une guerre sainte imaginaire où la loi du talion reste le mot d'ordre. Peut-on résoudre les problèmes en se contentant de rendre la pareille ? J'en doute. Ne fais pas à autrui ce que tu ne veux pas subir... Mais défends-toi si on t'attaque... Nous commettons tous des erreurs. Le plus important et d'en tirer les leçons pour avancer. Sans cela, les fans resteront perçus comme des bêtes de foire, des pantins à paillettes qui ne récolteront aucun respect. Stop aux insultes. Discutez au lieu de boycotter. Indignez-vous, mais restez dignes... Make that change.

 

Bon week end,

 

Richard Lecocq

Publié dans news

Commenter cet article